Un matin à Montparnasse…

Sur les rives poisseuses de carrelage blanc,

Pas un souffle de vent,

Foule pressée d’un matin chagrin

Les corps se touchent,

Contacts mécaniques…

Pas un mot, trop de clics.

L’aube est effacée,

Mon sourire est de trop,

Calme tes couleurs,

Retiens tes ardeurs.

Tous tes mots sont abîmés

Leur ciels n’est pas invité.

26 septembre 2019

2 commentaires sur “Un matin à Montparnasse…

  1. J’apprécie beaucoup ce texte pour l’intensité du ressenti qu’il suscite en moi. L’envie de sourire à l’aube face à l’indifférence des robotisés. Félicitations

    J'aime

  2. Les marins chagrins et trop pressés parisien je les ai vécu aussi, il y a longtemps. Je ne voulais pas courir, j’avais envie d’approcher des sourires et puis finalement je suis partie, loin, très loin de ce semblant de vie anonyme ! Amitiés Éric.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.