Trois recettes pour écrire de la poésie : 2, Raymond Queneau

Pour un art poétique
Prenez un mot, Prenez-en deux
Faites les cuir comme des oeufs
Prenez un petit bout de sens
Puis un grand bout d’innocence
Faites chauffer à petit feu.

Au petit feu de la technique
Versez la sauce énigmatique
Saupoudrez et mettez les voiles
Ou voulez-vous en venir ?
A écrire
Vraiment ? A écrire ?

Raymond Queneau : le chien à la mandoline, 1965

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.