Oiseau blessé…

J’utilise encore Twitter pour relayer mes textes, pour combien de temps encore tant les mots y sont abîmés…

On me dit qu’il gazouille…

Je le vois qui bafouille.

J’ai mal à mon oiseau liberté.

Où sont tes chants qui caressent ?

Un par un,

Sur le clavier ils ont cloué

Tes mots plumes si légers.

Perles de haines ont enfilés,

Petit oiseau ils t’ont enfermé.

Aux cris qu’ils posent sur l’écran,

Tu réponds par des souffles de silence.

N’abîmez plus les mots.

Les vôtres se sont tus.

Dans cette longue nuit numérique…

Petit oiseau s’est échappé…

26 novembre

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.