Mes Everest : Maurice Fombeure…

Fantômes de la neige

Dans cette gare intermittente,

Une vieille locomotive

Halète et beugle de sommeil.

Gare des soirs sans espérance

Et des départ mal consolés.

Le vol lent des heures perdues

Sort des horloges ébréchées

Crevées d’un rire sépulcral.

Défilé des ombres puériles

Gonflées des houles de fumée.

Les cartes aux visages pâles

Battus sans fin comme la vie

Dans les auberges du « coq d’Or »

Où mousse une bière anémique.

Petites vies aux rues étroites

Où le rêve appareille en vain.

En vain le printemps s’exténue

Et fleurit ça et là, soudain,

Le peuple agile des statues,

L’espoir immense des statues.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.