Je n’en peux plus de ces haines qui dégoulinent…

Un texte que j’avais écrit en septembre 2018. En classant mes fichiers je retombe sur lui et j’ai envie de le publier à nouveau, sans en changer la moindre virgule

Je suis, volontairement, assez silencieux dans le brouhaha permanent du débat politique tant il est vrai qu’il n’y a pas, qu’il n’y a plus de débats politiques. Et cela m’attriste profondément. Aujourd’hui ce qui domine, ce qui anime les gazettes numériques, ce qui motive les excités du clavier c’est la dénonciation, l’indignation toujours sélective, l’accusation revancharde, la délation nauséabonde. Et la parole réfléchie a cédé la place au raisonnement binaire qui trouve peut-être ses racines dans ce langage informatique dont on sait qu’il ne serait constitué que de zéros et de un. Chacun définitivement enfermé à double tour dans sa chapelle idéologique ne prend plus le temps de l’analyse, ne tente plus de comprendre. Et l’opposant devient l’ennemi, celui qui pense autrement est un mécréant, un hérétique. Ce que j’aimais autrefois dans le débat politique c’était l’exigence et le respect. L’exigence que l’on s’imposait,  pour être juste dans la production d’une pensée, dans la réflexion, dans le raisonnement avec la recherche permanente de l’équilibre entre ce qui relève d’une conviction personnelle et ce qui s’approche de la réalité. Il y avait aussi le respect, le respect de l’autre, quel qu’il soit parce qu’il est d’abord un élément constitutif de cette humanité qui devrait nous rassembler et nous ressembler. Mais le respect n’existe plus, il est au mieux considéré comme la politesse des faible au pire comme de la traitrise. Je n’en peux plus de ces haines qui dégoulinent dans tous ces messages qui croient afficher de l’intelligence alors qu’ils ne sont que la manifestation de la pire des paresses celle qui consiste à ne pas rechercher ni la justesse dans les propos, ni la justice dans les actes.  

Un commentaire sur “Je n’en peux plus de ces haines qui dégoulinent…

  1. Je ne peux qu’être d’accord. La notion de débat est quasiment perdue dans les réseaux sociaux, où trop d’interlocuteurs affirment n’importe quoi sans preuve, juste parce que l’idée (si j’ose dire) circule dans sa « communauté » de gens qui pensent la même chose. Il est bien rare que l’on tente de comprendre la position de l’autre.
    Les bonne solutions sont celles construites à plusieurs en écoutant les différents points de vue, afin de considérer les zones non éclairées par sa propre connaissance, son axe de réflexion pris ou sa propre bêtise.
    Pour ma part, selon la tournure prise par la discussion ou en fonction de la présence de certains « malfaisants », il m’arrive de plus en plus fréquemment de ne pas intervenir.
    Soit parce que je n’ai rien de mieux à dire (pourquoi ajouter du brouhaha au brouhaha ?) soit par ce que je sais que je vais me faire pourrir par des énergumènes qui ont des œillères et sont persuadés que celui qui ne pense pas comme eux est un ennemi.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.