Mes Everest : René Char…

ENTR’APERCUE

Je sème de mes mains

Je plante avec mes reins ;

Muette est la pluie fine.

Dans un sentier étroit

J’écris ma confidence.

N’est pas minuit qui veut.

L’écho est mon voisin,

La brume est ma suivante.

Chant de la Balandrane : la flûte et le billot

2 commentaires sur “Mes Everest : René Char…

  1. Magnifique ! Merci Éric pour ce poème bienvenu en ce jour de rentrée. Que les mots de René Char sont beaux et sonnent doux à mon oreille.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.