Et soudain tout devint étrange…

Et soudain tout devint étrange,

Longues et molles les heures

Ne trouvaient plus de passages vers l’après.      

Nos ombres avaient disparu.

Certains disent qu’elles ont coulé,

Lassés de suivre en silence

Ces visages courbés.

Plus un son ne sort des bouches étonnées

Partout des flaques de silence.

Oubliés les rires éclaboussant

Enfermés les enfants sautillant.

Soudain tout devint étrange,

Regarde,

Les corps se rapprochent,

Ils s’effleurent,

C’est touchant.

On dirait des amants…

27 mai

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.