Mes yeux se plissent…

Seul au milieu d’une verte prairie

J’ai remonté le fleuve de mes souvenirs

Jusqu’aux sources chaudes des étés oubliés

Sous une pierre plate j’ai glissé une main

L’eau est si fraîche

Mes yeux se plissent

Au bout de mes doigts

Gouttes d’hier qui perlent

Et murmurent en tombant

La douce mélodie

Des amants qui rêvent au couchant…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.