Quelques mardis en novembre, suite…

       Quelques semaines se sont ajoutées dans la colonne crédit de notre histoire. J’avais cru déceler dans l’arrivée précoce des premiers flocons le signe d’un hiver rude.  J’essayais de résister aux fréquentes bouffées d’angoisse qui ponctuaient mes soirées. Depuis ce dernier mardi d’octobre, je redoutais mes retours tardifs. Je craignais, à chaque fois, de trouver un appartement vide. Héléna avait changé de poste. Elle était devenue chef de rayon. Elle semblait contente, transformée presque.

       Jamais elle ne m’avait parlé de son travail. On dirait qu’elle y prenait du plaisir, un plaisir nouveau. Je n’étais plus seul à parler. A présent il me fallait aussi l’écouter. Elle me parlait de ses difficultés, de la bêtise de certaines de ses collègues. Elle me parlait de son rayon, avec passion. Si je respectais ce qu’elle faisait, j’avoue que cela m’amusait un peu…

       Un soir, elle m’a annoncé qu’on lui proposait une nouvelle promotion. Elle pouvait, après une formation, devenir responsable du secteur Vêtement. J’étais heureux pour elle. Cette progression n’avait rien d’étonnant, elle était une fille remarquable qui ne peut passer inaperçue.                                              

       J’avais à peine intégré ce nouveau changement qu’elle m’annonce, avec un ton un peu grave qu’il lui faudra partir. Il faudra qu’elle parte. Bien sûr. Je ne m’y attendais pas. Je me dis que c’est normal. Il y en a d’autres qui partent. Elle continue à parler de sa future place.

       Elle n’est plus qu’une voix que j’entends. Elle est un peu partie. J’avais supporté le premier choc, annoncer son départ imminent comme s’il s’était agi d’une autre personne. Je n’avais pas répondu et l’avais laissée m’encercler de ses flots de parole.                                        

       J’ai traduit ses paroles. Il faut qu’elle parte. C’est normal. Je n’ai rien à dire. Rien. Je l’entends répondre aux questions que je pourrais lui poser, je l’entends me dire que ce ne sera pas long, que ce n’est pas loin, qu’il y en a tant d’autres qui l’ont fait ou le feront. Je l’entends me dire que je pourrais la rejoindre, qu’on se verra le week‑end.                  

       Et puis je ne l’entends plus du tout, je pense aux autres. Les autres, dont elles me parlent tant, comme si elle ne pouvait s’en passer, comme si elle ne pouvait accepter d’admettre qu’ils ne sont que les autres. Elle, ce n’était pas une de ces autres qui doivent partir parce que c’est inscrit dans leurs géographies intérieures. Elle il fallait qu’elle parte. Simplement. Il fallait qu’elle parte parce qu’il fallait que nos deux vies ne s’éloignent jamais trop des rivages de la souffrance…               

Elle, elle n’était pas comme les autres, parce que ses larmes étaient si lourdes, que même le silence s’en trouvait indiscret quand il les croisait au carrefour d’un désespoir. Elle, ses rires éclataient comme des cris, ils résonnaient derrière chacun de ses regards et me revenaient à la face comme des flaques de joie. Elle, j’aurai juré que ses yeux étaient doubles tant ils me vrillaient l’en dedans. Et pourtant il lui faut partir, parce qu’elle a besoin de ce nouveau travail. Je pourrais peut‑être la rejoindre, mais je ne trouverais pas de place de projectionniste là-bas. Là-bas, où il fait si chaud.       Et puis, un an, c’est court. Ce n’est que la simple addition de quelques jours d’ennuis que l’on aura vite fait d’oublier. Un an, c’est demain, quand je nous regarde, mais c’est déjà avant‑hier quand je pense à la fac. Un an ce n’est pas uniquement ces quelques saisons qui s’enchevêtrent, c’est aussi ces instants si douloureux, si terribles que même dans les secondes il y a le temps qui passe. Et puis, on s’écrira,  on s’attendra,  on s’espérera

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.