Lueur…

Il y a peu, oh si peu

J’ai voulu tremper une molle  plume

Dans l’encre fauve d’une flaque de mer salée

Les faibles mots que je traçais

Sur une feuille aux lignes glacées

Tremblaient sans rien dire

C’était l’hiver aux rimes grises

Et soudain au fond de la page noircie

Une lueur, la fin de la peur

Sur la page de mon impatience froissée

Entends le chant de mes mots éclairés

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.