Flash…

A la frontière d’un lointain  souvenir

J’ai présenté de faux papiers

Hier oubliés au fond d’une poche

Ils dormaient là depuis le bel été

Un gardien à l’œil amnésique

Doucement les a depliés

Je ne vois rien, dit-il

Votre mémoire est froissée

Vous ne pouvez entrer

J’en suis désolé

Il n’y a rien ici pour vous retenir

Triste et perdu j’ai reculé

Ce n’est rien j’aurai essayé

Il est trop tard pour vous raconter

Je retourne là-bas au bord du si loin

Je vous laisse à vos peurs noires

Je vous écrirai d’une plume légère

La belle histoire de l’homme aux cent mémoires

16 janvier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.