Matinales…

Il est tôt pour déchirer le silence

Tu t’es posé en bordure de nuit

Levant une main au passage des impatients

Pas un ne comprend ton signe

Ils filent ils roulent ils glissent

Là-bas vers ce rien gluant

Qu’ils cliquent en rêvant

Il est trop tard

Ils sont déjà loin

Demain peut-être sera le jour des aimants

18 janvier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.